journaliste numerique : les cyberpirates font des ravages !

Journaliste numeriqueEn 2015, les cyber-attaques ont augmenté de 50 % en France et dans le monde. Pour les entreprises et les PME,  les conséquences humaines et financières sont souvent dramatiques.

Votre ordinateur « rame », des pop-ups intempestives et des pubs multiples surgissent, des programmes démarrent ou se ferment seuls, votre boîte mail déborde de courriers indésirables. Des signes probables d’infection causés par un logiciel malveillant dit ransomware ! Il en existe trois types. Les premiers bloquent les programmes en utilisant des fenêtres pop-up qui se greffent par-dessus les autres programmes ou applications. Plus problématiques, les seconds chiffrent discrètement vos fichiers informatiques puis un message vendant la clé du déchiffrement apparaît. Avant que ne s’affiche un compteur. Arrivé à zéro, il détruit la clé du déchiffrement. Le troisième type,-le plus fréquent-, incite télécharger un fichier en souscrivant  obligatoirement à des services payants. « Souvent les personnes paient et ne le disent pas » constate Richard Marcau, enquêteur spécialisé nouvelles technologies de la Brigade de recherche de la gendarmerie de Tarbes.

journaliste numerique : Adolescente rançonnée…

 « Il faut porter plainte. Nous pouvons ainsi remonter les logs de connexion pour récupérer l’adresse IP ou les adresses email laissées par les pirates ainsi que les connexions sur les réseaux sociaux afin d’accéder à la plate-forme bitcoins (NDLR : la victime achète cette monnaie virtuelle en payant avec sa carte de crédit). L’adjudant-chef se souvient d’un cas précis. Les parents s’étonnaient de devoir payer des factures téléphoniques anormalement élevées à des heures nocturnes. En enquêtant, il a découvert que leur fille de 12 ans était rançonnée par un « prédateur » qui avait créé un profil factice de jeune homme. Ce dernier exigeait des scènes dénudées et l’achat de monnaie virtuelle en ligne. « La France est dans le top 5 des pays visés » pointait  Pascal Wojciechowski, animateur des « dangers du piratage », organisé récemment par la Mêlée Adour à Idron. « Tous les 15 jours, nous rencontrons un cas d’incident  liée à une malveillance.  Beaucoup d’attaques viennent de pays étrangers et plusieurs de nos clients ont été rançonnés » témoignait Thierry Arnaly, directeur d’Archiv Tech (société spécialisée dans la sauvegarde de données informatiques). Sachant que huit entreprises sur dix mettent la clé sous la porte dans les deux ans après avoir perdu leurs données, il est vivement conseillé de faire des sauvegardes externes. Quant aux particuliers, les dégâts sont également parfois irréversibles sur le plan humain.

Article publié sur la Nouvelle République des Pyrénées/La Dépêche le 13/06/2016